Le confinement : une première en France ?

Pierrot Culture, Economie, Politique & Social, Société Leave a Comment

336 personnes ont lu cet article


Depuis déjà plusieurs semaines, la France est déconfinée. Et si on ne peut malheureusement pas encore déclarer officiellement la mort du virus, les signes d’un retour à la vie normale se succèdent. Peu à peu les Français retrouvent un quotidien plus apaisé et moins anxiogène.

Un assignation à domicile de l’ensemble de la population


Il est désormais l’heure des premiers bilans. Le pays des droits de l’Homme a pris des mesures très restrictives durant cette crise sanitaire, qui ont imposées à sa population de vivre recluse chez elle entre le 17 mars et le 11 mai. Une assignation à résidence nationale qui a entraîné des réactions extrêmement diverses.

Le confinement par essence a été une expérience intimement personnelle. Que l’on ait vécu seul dans un 10m² à Paris ou dans le confort d’un foyer familial en Bretagne, les Français se sont retrouvés avec une réserve de temps qui n’avait encore jamais été expérimentée. Certains l’ont mit à profit et multiplié les projets pendant 8 semaines, d’autres l’ont subit d’emblée et compté les 1304 heures, 78240 minutes ou encore les 4 694 000 secondes qu’a duré ce confinement. Mais quoi qu’il en soit tous ont vécu une expérience unique dans leur vie : se retrouver « prisonnier » de son propre domicile, avec certes des sorties autorisées, mais dans un cadre strict et encadré par les forces de l’ordre.

S’il est incontestable qu’une crise sanitaire de cette ampleur n’a jamais été observé à si grande échelle, cette situation inédite, tant à l’échelle nationale que mondiale, est-elle pour autant réellement la première expérience de confinement en France et dans le monde ?


Des exemples passés de confinement en France et dans le monde


« L’histoire est un perpétuel recommencement » a dit Thucydide, il y a environ 2500 ans, et l’adage se révèle une fois de plus véridique. Le monde à bien évidemment déjà subi des épidémies et des pandémies extrêmement sévères. Tout le monde a étudié dans sa jeunesse la peste et les ravages qu’elle a pu causer. Cependant les catastrophes sanitaires ne se sont malheureusement pas arrêtées avec le progrès et la médecine moderne, car tous comme l’Homme, la Nature évolue.

Juchés sur nos observatoires à distance, nous avons récemment vu Ebola ou le SRAS toucher une multitude de personnes en nous disant que les malheureux n’avaient pas de chance de vivre dans les pays du « tiers-monde » atteints par ces fléaux modernes. Néanmoins, l’Homme a la mémoire courte car il serait malencontreux de se dire que l’occident avait jusque-là été épargné dans les temps modernes.

Ana del Valle, une hispanique de 107 ans pourrait probablement le confirmer, elle qui a survécu après avoir contracté la grippe espagnole puis la COVID-19. Si des mesures nationales de confinement n’avaient encore jamais été prises des confinements localisés sur des communes sévèrement touchées ont été prises comme à Poitiers en 1918, ou des mesures concernant les restaurants, les cinémas ou encore la rentrée scolaire avaient dû être conçues pour lutter contre la maladie.

Plus récemment, en janvier 1955, une épidémie extrêmement localisée de cas de variole dans la région vannetaise a conduit à des mesures de confinement dans un premier temps limité à l’hôpital Chubert, épicentre de l’épidémie. Puis à l’échelle de la ville de Vannes et des communes avoisinantes. Le confinement de l’hôpital durera jusqu’en mars soit une durée de confinement similaire à ce que nous avons pu observer en 2020 en France.


Une morale : l’humanité est inaliénable et finit toujours par se relever


L’idée de cet article n’est pas de tenter de vous convaincre que la maladie est inévitable. Au contraire, c’est d’essayer de démontrer que si l’histoire se répète, et se répétera encore dans un futur qui je l’espère sera le plus lointain possible, il en ressort une constante : la résilience de l’humanité.

Evidemment, la maladie et le confinement ont pesés sur nos vies mais si la faculté à oublier l’histoire prouve une chose, c’est que l’Homme est toujours capable de repartir de l’avant.


Sur ce, bonne continuation à vous ! En espérant que cet article a enrichi votre culture et attiser votre curiosité. N’hésitez pas à donner votre propre point de vue dans les commentaires et comment vous avez vécu ce confinement. Vous pouvez également suivre les conseils de Lorelei pour réussir son post-confinement.

Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter un bel été et de vous retrouver pour de nouvelles chroniques sur Luminews.fr !

Laisser un commentaire

Veuillez noter s'il vous plaît

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *