Les albums de Tonton Gl1 #7 – Hope

GL1 Culture Leave a Comment

114 personnes ont lu cet article


Attention. Third Party ne signifie pas troisième “mi-temps”, mais bien “tierce personne”. Si Flo est dans les parages, calmez-le sur le champ pour éviter tout incident technique.


De qui c’est-y qu’on parle aujourd’hui ?


Third Party est un duo d’anglais qui fait de la musique depuis les années 2010. Dans un style très électro-house, ils n’ont pas mit longtemps avant de sortir des titres incroyables : Thank You ou Lights notamment. On retrouve d’ailleurs ce dernier dans le second album de la Swedish House Mafia, Until Now, ce qui a accru leur popularité. Cette dernière augmentera encore plus en 2016 avec Lions in the Wild, réalisé avec Martin Garrix. Et donc, un an après ça, ils sortent l’album Hope dont on va parler aujourd’hui.

Faut quand même admettre que ça déboîte !

Vous avez suivi ? Parfait, on enchaîne !


Sur les 11 titres, on en connaissait déjà 6 le jour de la sortie de l’album. Donc, sur le coup, l’effet de surprise était un peu mort. Pourtant il a de la ressource ce disque ! C’est un album pêchu avec une ambiance bien à lui, qui mêle des titres très orientés house avec des titres plus orientés électro. Certes, pour certains c’est la même chose, mais dans les faits, pas du tout.

Comme on a déjà perdu Flo avec l’histoire de la troisième mi-temps, on va faire simple. Certains titres sont plutôt dans la longueur et presque répétitifs, où tu sens que c’est vraiment fait pour être joué en live, (typiquement Arrival) et d’autres sont beaucoup plus directs et actuels (Lions in the Wild, Live Forever).

On ne s’ennuie pas une minute avec ce disque, c’est l’allié idéal pour combattre la déprime et la glandouille. Il faut l’écouter.


Le son qu’il est bien dans l’album


Le VIP Mix du Everyday of my Life est quand même incroyable. L’instru est fantastique mais couplée avec les voix c’est juste envoûtant au possible. Ca sert à rien d’écrire 36 romans dessus : écoutez le, vous verrez.


Les mots qui clôturent tous ceux d’avant


Personnellement je ressens comme un mélange d’époques dans cet album. D’un côté j’ai l’impression d’entendre des sonorités propres aux DJ sets du début du millénaire mais de l’autre il y a aussi une grosse partie très 2011-2012. C’est à la fois bizarre et à la fois logique, on sent vraiment qu’ils composent avec ce qui les a fait grandir.


Un très bon disque pour un duo si peu connu ! Et c’est bien dommage ! Ca donne de bons titres à passer aux troisièmes mi-temps de notre ami Flo !

+1

Laisser un commentaire

Veuillez noter s'il vous plaît

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *