Séries : The 100, une fin qui laisse sur sa faim ?

Giselle Culture, Séries Leave a Comment

75 personnes ont lu cet article


Que les fans de la série s’arrêtent de pleurer à chaudes larmes après la diffusion de la dernière saison “des 100” et parcourront ensemble l’évolution de l’œuvre jusqu’à son apogée. Cette fois-ci c’est la fin. Attardons-nous sur cette ultime saison qui, en mon sens, s’éparpille un petit peu trop. Des retournements de situation chocs sans perspective et des morts inutiles. Allez c’est parti ! ATTENTION SPOILER !!!!

La série télé américaine est développée et produite par Jason Rothenberg et inspirée des romans de la très connue romancière newyorkaise, Kass Morgan. Un mélange de plusieurs univers tel que aventure, romance, horreur mais encore science-fiction, créer à la série ce coté addictif. Tenir en haleine son public n’a pas du être mince affaire et pas sans flop non plus !

Jason Rothenberg et son équipe 100% féminine

Une histoire qui débute bien !


Comment ne pas commencer par le fait qu’au premier abord nul ne pourra contester qu’après le tout premier épisode on ne sait pas vraiment où on met les pieds ! Une intrigue post-apocalyptique qui pourrait en faire frémir plus d’un mais qui, pour autant, à l’air destiné à un public jeune et adolescent. ERREUR !!! Il a fallu dépasser les à priori pour franchir le cap du premier épisode et se rendre contre que tout est beaucoup plus sombre et effrayant, et où la femme joue un rôle très important. Leur pouvoir est rarement remis en question à cause de leur sexe.

L’Arche, là où tout commence !

Remettons tout dans le contexte. Nous sommes à bord de l’une des 12 Arche “Station spatiale” au coté de Clark, interprété par la géniale Eliza Taylor, Bellamy joué par l’acteur australien Bob Morley, Murphy, Octavia (la petite sœur de Bellamy) et tous les autres. 100 prisonniers, allant de délits mineurs à des crimes plus importants, sont envoyés sur la planète Terre dans le but de découvrir si elle est de nouveau habitable pour l’être humain, suite à une planète ravagée et exposée à des radiations nucléaires. Les systèmes de survie de la station étant en piteuse état après 97 ans à bord, l’urgence est de savoir si chaque individu peut redescendre : That is the question !! Les jeunes prisonniers apprennent à découvrir une terre magique, magnifique, riche, surprenante, mais également hostile et dangereuse à la fois.


1,2,3 Cycles


Les saisons passent, pas l’intrigue, et pourtant une certaine monotonie s’installe. Un cycle de sang de guerre revient sans cesse à la charge avec une fin dénuée d’intérêt puisqu’on commence à la longue à prédire ce qui peut arriver à chaque fin de chapitre. Une découverte, une mise en danger et pour finir la mort de l’ennemi. Ne vous méprenez pas j’ai adorer “Les 100”, mais pour autant à plusieurs reprise je me suis vu décrocher car trop de répétition. En même temps sept saisons c’est long !!!

Que ce soit au Mont Weather ou avec les Skaikru, Azgeda, les enfants de Gabriel et les autres d’ailleurs, ils leur faut tous de même sept saisons pour comprendre qu’il sont qu’un seul et même peuple puisqu’il sont tous HUMAINS. Incroyable !! Au centre de tout ça se trouve les décors, les religions, les costumes, tout est tellement bien tourné que cette série possède sa propre personnalité. Et oui je ne trouve pas que des défauts 😉

Le moment qui pour moi s’est démarqué de tous les autres c’est bien entendu le sacrifice de Monty et Harper, trouver une nouvelle planète pour leurs amis cryogénisés tout en donnant naissance à leurs fils Jordan pour faire perdurer cet héritage. Un événement tellement inattendu à la fin de la saison 5 qu’on a tous versé sa petite larme 😥, le choc des générations !


Dead Flop…


Un point, et pas des moindres, qui ma déçu, est la mort inutile de plusieurs personnages importants et charismatiques qui n’avait pas lui d’être. Un GAME OF THRONE a commencé où n’importe qui et n’importe quand, peux mourir. Ces figures emblématiques poussant la série vers le haut littéralement effacer, des morts à la fois “useless” et dénué d’intérêt. Pour commencer la première mort choc et pour le moins inattendu qu’est ce bon vieux Finn Collins. Ensuite vient celle de Lincoln le compagnon d’Octavia, certes cette mort à poussé le personnage de celle-ci à nourrir son coté sombre, mais avait-elle vraiment besoin de ça pour obtenir l’effet escompté ?

Clark et Lexa, un couple attachant !
Bellamy et sa fidèle ami Clark ! Inséparable ces deux-là !

Il y a également et surtout Lexa (interprété par l’excellente Alycia Debnam-Carey, qui joue également Alicia dans Fear The Walking Dead), commandant en chef des natifs, stratège et excellente guerrière qui privilégie son peuple avant l’amour. Décédée d’une balle perdue, une source de débat aura de façon positif animé la série et certains fans ont même criés au scandale et ont fait circuler une pétition ! Nul ! Et enfin Bellamy, un des personnages central toutes saisons confondues et ô combien important pour l’intrigue de l’histoire, est mort sans raison valable, de la main de son ami Clark pour protéger sa fille. A la demande de l’acteur qui souhaitait apparaître le moins possible dans la dernière saison suite à un burnout. “Tiens si on le faisait mourir !” : la subtilité n’est pas de mise avec des mort bâclées et injustifiées. Des morts de personnages auquel on commençait à s’attacher et à y trouver un réel engouement et intérêt ! Dommage !


Vers l’infini et l’au-delà !


Point que l’on doit aussi abordé : on part à la base de l’histoire sur des événements qui pourraient très bien arriver un jour, des sujets réalistes comme la guerre, l’exposition au nucléaire et ce qu’il en court. Malgré le faite qu’une célèbre chercheuse (Becca) arrive à isoler la mémoire d’un être-humain dans une puce passe encore, mais pourquoi vouloir faire partir l’œuvre sur le mystique ?

L’Anomalie

Un retournement de situation qui peut perdre le téléspectateur, car quand on finit par comprendre que toute cette supercherie a été limite dirigée par une conscience supérieure qui décidera par la suite si l’être humain peux survivre ou non ! Mais f*** c’est quoi ça ?! L’apparition en fin de saison 6, d’une sphère remplie de hiéroglyphe emporta Octavia, interprété par la sulfureuse Marie Avgeropoulos, dans un endroit inconnu et conclu cette avant dernière saison avec un goût plutôt amer. C’était sans compter sur la dernière saison qui elle part encore plus loin dans le délire. Il n’y a plus aucune limite dans la fiction, les téléportations interstellaires sont là, comme ci c’était normal de se téléporter à notre guise ! 😀


Une punition digne de ce nom


La dérivation du point initial, du débarquement des 100 pour une vie sur terre à une exposition à des êtres mystique est assez profond, de plus vient s’ajouter une “anomalie” qui apparaît comme un cheveu sur la soupe et qui s’avère être un passage (ou portail) entre plusieurs mondes (un peu à la mode Stargate !) et oui ça envoie du lourd !!! Des nouvelles planètes où le temps s’écoule différemment (mais tiens ce serait pas la dimension quantique ça ?! 🤔). Enfin bref, encore plus de nouvelles intrigues plus loufoques les unes que les autres.

Madi, commandant son peuple, et Octavia

Quelles étaient les attentes ? Eh bien qu’après autant de combats menés et de sang versés, de sacrifices réalisés, notre fine équipe aurait pu sauver l’espèce humaine et vivre tout simplement. Et à la place de ça qu’est-ce qu’on a eu ? Une Clarke qui, ne mérite pas de “transcender” pour ses innombrables actes violents et ses terribles choix qu’elle a pu faire, a comme punition de rester seul sur Terre pour avoir tué le dernier commandant, le reste des être humains, eux, ont disparu dans la conscience collective. Mais patatra ! Certains amis de Clarke (Raven, Murphy, Echo, Indra, Octavia, Jackson, Miller, Jordan… et Bellamy dans tout ça ?) ont décidés de rester sur Terre pour le reste de leurs jours et d’être les derniers membres de la race humaine. Ils acceptent leur condition de mortel sans aucune possibilité de reproduction, ce qui veux dire que l’espèce humaine restera éteinte à tout jamais. Tout ça pour ça !!


Un futur pas si futur que ça…


Dans la période dans laquelle nous nous trouvons et oui je parle bien du Covid-19, je trouve ça intéressant de comparer. Bon certes la guerre nucléaire ne pointe pas le bout de son nez et heureusement pour nous devrais-je dire 😅. Cependant quand on réfléchit à la position de certaines de ces bombes dans notre monde actuel et dans quelles mains elle se trouvent, ça a de quoi faire peur ! Le virus à nos trousse pouvons-nous appeler ça une guerre BACTERIOLOGIQUE ? Evidemment nous somme en pleins dedans et dans la série nous serions à la période du Mont Weather je dirais. Il y aura t-il une Clarke pour nous sauver ?


Toutes les bonnes choses ont une fin !


Pour finir j’ai tout de même apprécié suivre cette série qui, pour moi, a été trop longtemps un number one. Les 100 figurent incontestable dans la liste des shows post-apocalyptique les plus marquants de ces dernière années. Cependant les décisions plus inhumaines les unes que les autres, la vengeance en permanence mis en avant et les retournement de veste encore et encore m’ont donné envie par moment d’en tuer moi même 2 ou 3 😂 N’est-ce pas Murphy ?! Des incohérences multiples dans l’histoire pour rattraper le coup et pourtant je ne pourrais pas dire que j’ai détesté, ce serait mentir.

Et vous qu’auriez-vous fait à leurs places ?

Laisser un commentaire

Veuillez noter s'il vous plaît

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *