Les Albums de Tonton Gl1 #1 : Good Faith

GL1 Culture Leave a Comment

379 personnes ont lu cet article


Mais quelle merveilleuse idée ! Démarrer une chronique musicale sur un second album ! Pourquoi ne pas parler d’abord du premier ? Pourquoi ne pas évoquer ce qui s’est fait par le passé ? La réponse est simple : parce que !

Après cette introduction sans intérêt majeur, cherchons justement de quoi s’occuper avec l’album Good Faith de Madeon. Mais d’abord, qui est Madeon ?


De qui c’est-y qu’on parle aujourd’hui ?


(Une description rapide et précise, avec un peu de nonchalance)

Hugo Leclercq, c’est un nantais, qui a fêté ses 26 ans le 30 mai dernier. Il s’est fait connaître avec ce mash-up particulièrement réussi. Il a alors 17 ans. Après quelques singles particulièrement atypiques, comme Icarus, The City ou Finale, il sort en 2015 son premier album : Adventure. On en parlera plus tard. S’en suit en 2016 le single Shelter avec Porter Robinson, qui a engendré une – splendide – tournée mondiale. On en parlera aussi plus tard. Il faut noter aussi qu’il a bossé pour des gens plutôt célèbres comme Lady Gaga ou Ellie Goulding. Pour terminer, en 2019, il sort Good Faith, second album dont on parle aujourd’hui.

Madeon de 2012 à 2020

Vous avez suivi ? Parfait ! On enchaîne !


On a un album qui dure moins de 40 minutes avec 10 titres que j’appelle électro-groovy. Ne rentrons pas dans les débats stériles du genre « cette musique c’est de la pop », « non ça c’est de l’électro », « en fait c’est du complextro », parce que c’est pas le débat. Parlons surtout de ce qu’on ressent en écoutant tout ça.

Good Faith est un album très intéressant parce que la première écoute n’est pas forcément la plus décisive. Ce qui donne envie de réécouter l’album, c’est surtout toutes les petites vibes sautillantes et les mélodies envoûtantes qui le compose. Si la première écoute est bâclée, on ne s’intéresse pas au disque. Alors que si elle est vraiment attentive, on va s’attacher directement au sonorités planantes de Dream Dream Dream, de la basse de All My Friends, ou encore de la voix dans No Fear No More.

Concrètement, l’ensemble des pistes sont très riches, avec parfois beaucoup de variations et de changements au sein du même morceau (No Fear No More encore une fois, avec sa transition en mode animé japonais, est un bon exemple). Madeon révélait dans une interview pour Adventure qu’il bossait de manière particulièrement dure psychologiquement ; des sessions d’écritures ou de productions isolées et seul, privé de distraction, pendant des heures et des heures. (A écouter ici par exemple).

Associé à son amour pour la musique, autant électronique que populaire ou du hip-hop américain, cela donne une production particulièrement minutieuse et raffinée. Voilà qui donne toute la richesse de l’album. Même si cela semble basé sur de la musique électronique, les mélodies, les divers instruments et les effets, donnent une ambiance si particulière et hétéroclite qu’un fan des Rolling Stones peut apprécier tout aussi bien qu’un fan de DJ Snake.

La preuve avec le collègue Tonton Phil, grand fan des Stones, à qui nous avons posé la question et sa réponse est simple : “YES !”. Tout est dit.


Le son qu’il est bien dans l’album


Pour finir, le morceau qui illustre le mieux l’album, à mon sens, est Miracle. Parce qu’il y a cette magnifique introduction mielleuse, tout un background insistant qui va crescendo avec la voix pour arriver sur un break plein de tonus. Le tout suivi du corps du morceau, très rebondissant et chaleureux, et enfin cette fin magnifique en piano voix avec cet effet vinyle en prime. Saisissant !


Les mots qui clôturent tous les mots d’avant


A écouter en voiture pour chanter, avant de dormir pour s’imprégner du côté serein des chansons ou avec des amis pour faire des déhanchés suaves et guillerets. Avec un bon casque audio ou sur sa télé pourrie pendant qu’on fait la vaisselle, cet album passe partout, et pourtant il n’a jamais fait Fort Boyard ! Qu’elle autre meilleure façon de finir une chronique que sur une blague vaseuse ?

Un live bien sûr ! On finit avec cette performance (parce que ce mec est ultra bon en live aussi) qui ouvre sur pleins d’univers à explorer !

Laisser un commentaire

Veuillez noter s'il vous plaît

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.