Vous avez dit aquaponie ?

Salomé Hameau Bien-être, Innovations, Lifestyle, Sciences Leave a Comment

264 personnes ont lu cet article


Et oui vous avez bien lu, aujourd’hui on va vous parlez d’aquaponie, et non d’aquaponey #humour 🤣 Un système de culture d’avenir et très économique. Et c’est parti !


De quoi on parle ?


L’aquaponie est une méthode de culture hors sol, encore peu connue à ce jour. Elle est la contraction du terme Aquaculture (élevage en milieu aquatique) et du terme Hydroponie (culture sur substrat irriguée par une solution nutritive). L’aquaponie c’est donc la réunion de deux mondes, celui de l’élevage de poissons et de la culture par irrigation.

Le principe est simple : dans un système en boucle fermée poissons et plantes vivent ensemble et se complémentent. En effet l’élevage de poissons en bassin pose un problème environnemental. Les déjections animales rejettent dans le milieu aquatique une quantité importante d’ammoniaque. C’est là que les plantes entrent en action ! Elles vont venir filtrer cette ammoniaque et le transformer en nitrite via un biofiltre de bactéries, contenu dans le substrat.

Puis dans un second temps, par le biais d’autres bactéries, ce nitrite se transforme en nitrate que la plante absorbe pour son bon développement, et la boucle est bouclée ! L’eau est ainsi purifiée de l’ammoniaque et les plantes sont fertilisées de manière naturelle grâce aux déjections et résidus de l’élevage de poissons.

Cette technique était déjà présente aux années 1700, de l’autre côté du globe. Les chinois utilisent la “symbiose” poissons-plantes, en utilisant leur déjection comme fertilisant pour les rizières.

L’aquaponie renferme ainsi deux bacs : un bac de culture, rempli souvent de billes d’argile, afin d’y faire grandir les plantes feuillues (salade, épinard, plantes aromatiques, courges et même des tomates !), et un bassin contenant des poissons d’eau douce, comme des truites ou des carpes ou encore des écrevisses.


Alors, rentable ou pas ?


L’aquaponie n’est encore que peu développée, elle reste une méthode de culture à petite ou moyenne échelle. En effet il s’agit d’un système sensible, qui demande beaucoup d’attention en ses débuts puisque certaines carences (en azote ou en oligo-éléments) peuvent se développer si une bonne balance n’est pas respectée.

L’enjeu principal est donc de trouver et maintenir le juste équilibre entre la population de poissons, la nourriture apportée, la population bactérienne et la végétation cultivée, de manière à permettre une production intensive de biomasse dans un volume de sol et d’eau relativement réduit. C’est ce qui fait d’elle une culture idéale en milieu urbain !

En effet, l’aquaponie permet d’économiser jusqu’à 90% d’eau par rapport à une culture classique, l’eau est recyclée. Un faible appoint en eau peut se faire pour compenser l’évapotranspiration grâce à l’eau de pluie (écologique et économique). Aussi, sur une même surface, cette méthode de culture permet de produire 4 à 5 fois plus que sur une culture en sol classique, ce qui n’est pas négligeable.


Mais à qui s’adresse l’aquaponie ?


A tout le monde ! Aux passionné(e)s de jardinage, aux bricoleurs, aux habitants des grandes villes, aux fermiers… La taille de l’installation peut varier énormément afin de s’adapter aux besoins, du bassin pour balcon, aux systèmes plus commerciaux, ou agricoles.

















De plus, beaucoup de tutos existent pour fabriquer son propre bassin aquaponique, avec du matériel de récupération. Cela demandera quelques heures de travail et un peu d’investissement pour l’achat d’une pompe et du matériel de plomberie. Mais vous pourrez bénéficier de la satisfaction de faire pousser vos propres légumes et voir nager vos cher et tendres petits poissons. La preuves en image !


La nature reprend ses droits !
L’aquaponie, c’est facile quand même !

Ici le bassin aquaponique a été créé à partir d’une cuve IBC de récupération, découpée en deux, le haut étant la partie de culture et le bas de la cuve le bassin pour les poissons. Un étage en tuyaux de PVC et de godets de billes d’argile a été rajouté afin de cultiver des salades et des fraisiers !



Voilà! vous êtes maintenant armés pour réaliser votre propre bassin aquaponique ! N’hésitez à faire part de vos remarques en commentaire ou partager votre expérience sur le sujet. Peut-être avez-vous déjà votre propre installation ? Nous aimerons bien avoir votre retour d’expérience sur cette technologie. Et n’oublions pas “la différence entre un jardin et un désert, ce n’est pas l’eau, c’est l’homme” -Proverbe Touareg-

Laisser un commentaire

Veuillez noter s'il vous plaît

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *